FAKEDEX - Chiropraxie

La chiropraxie est une discipline apparue à la fin de XIXème siècle dont l’objectif est de réaligner les vertèbres de la colonne vertébrale à l’aide de pressions manuelles. Aujourd’hui, la chiropratique intervient sur l’ensemble de l’appareil neuro-musculo-squelettique ou « tout autre tissu en rapport » (1), à l’aide de mobilisations manuelles, instrumentales ou mécanisées (2).

Les fondateurs de la théorie chiropratique soutenaient qu’une mauvaise santé est due à des subluxations, c’est-à-dire un mauvais alignement des vertèbres, interférant avec le flux de ce qu’ils appellent l’intelligence innée. Il n’existe aujourd’hui aucune preuve d’un tel flux, ni d’un quelconque rôle vis-à-vis de la santé (3).

Les chiropracteurs sont en France estimés entre 450 et 700, formés par l’Institut Franco-Européen de Chiropratique (fondé en 1983, situé à Paris, avec une antenne à Toulouse) sur un cycle d’études de 5 ans, agréé depuis 2002 par le Ministère de la Santé. En 2011, les chiropracteurs obtiennent l’autorisation de pratiquer des manipulations vertébrales sans avis médical.

Dans une prise en charge par un chiropracteur, après interrogatoire et recherche des antécédents médicaux, un examen complet du dos va être réalisé, complété par une observation de la posture et de la mobilité du patient, ainsi qu’une palpation des vertèbres.
Il n’existe à ce jour qu’un nombre limité d’études sur l’efficacité de la chiropratique. Pour les lombalgies, les preuves d’efficacité se trouvent en-dessous des seuils de pertinence clinique tels que définis par Cochrane Back Review Group. Pour les douleurs cervicales, il semble y avoir une certaine efficacité des manipulations et mobilisations vertébrales. Il n’existe pas de preuves d’efficacité sur les autres indications (4).
Il est cependant déconseillé de consulter un chiropracteur fondamentaliste, c’est-à-dire croyant aux théories des subluxations et de l’intelligence innée et en la capacité des manipulations vertébrales à guérir l’ensemble des maladies. En effet, un chiropracteur fondamentaliste pourra proposer des traitements pour des affections respiratoires ou digestives, des problèmes gynécologiques ou gravidiques, des pathologies infectieuses ou parasitaires, des atteintes dermatologiques ou autres. Or, il n’existe pas de preuves d’efficacité de la chiropratique dans ces pathologies ou affections.

Concernant les effets indésirables, dans 30 % à 60 % des cas, il est constaté une aggravation des douleurs et des maux de tête. Il est aussi rapporté des complications graves, avec parfois un pronostic vital engagé, principalement dans le cas de manipulations cervicales, sous la forme d’accidents vasculaires vertébrobasilaires .

Les actes de chiropraxie sont parfois pris en charge par certaines complémentaires santé.

Collectif FakeMed

Références :

1 - https://www.ifec.net/la-chiropraxie-therapie-manuelle/
2 - Lemeunier N et coll., Fiche mémo en chiropraxie, 2017.
3 - Singh S. et Ernst E., Médecines douces Info ou intox ?, Cassini 2014.
4 - Centre fédéral d’expertise des soins de santé, Etat des lieux de l’ostéopathie et de la chiropraxie en Belgique 2010, Synthèse de rapport, 34 pages.