FAKEDEX - Hydrotomie percutanée

L’hydrotomie percutanée a été inventée dans les années 1980, s’appuyant notamment sur la mésothérapie, la technique de Klein, l’oligothérapie fonctionnelle et l’hypodermoclyse (1) . Elle consiste en l’injection sous-cutanée de grandes quantités de solution saline physiologique, accompagnés ou non de solutions diluées d’EDTA (acide éthylène diamine tétra-acétique), de vitamines,  d’anti-inflammatoires, d’anesthésiques, de vasodilatateurs, ou de "vaccins non-spécifiques" (2)
Les formations en hydrotomie percutanée sont assurées par la Société internationale d’hydrotomie percutanée (SIHP), sur 3 à 4 jours (un jour de cours théorique, 2 à 3 jours de pratique/observation), et sont ouvertes aux médecins et aux infirmiers. 
Actuellement, en France, il existe plus de 300 praticiens formés à cette technique.

Théoriquement, cette technique s’appuie sur les travaux de René Quinton datant du début du siècle (3) , sur les travaux de mésothérapie (4), sur les techniques de réhydratation des personnes âgées, sur les théories infinitésimales que l’on retrouve dans l’homéopathie, sur les principes de l’acupuncture (5) . La Société internationale d’hydrotomie percutanée présente comme références ou travaux scientifiques essentiellement des mémoires et des compte-rendu de conférences, mais peu de publications dans des revues à comité de relectures (6) .

Concernant son efficacité, l’hydrotomie percutanée montre des résultats dans la limitation de la déshydratation des personnes âgées (7) , mais pas dans son traitement (8), et de manière à peu près équivalente à l’injection intraveineuse (9) . Dans le traitement de l’arthrite du genou, après deux ans de traitements, elle présente une efficacité sur la croissance du cartilage (mais pas sur la douleur) à condition de contenir des glucocorticoïdes (10). Il n’existe aucune preuve de l’efficacité de l’hydrotomie percutanée dans toutes les autres pathologies et symptômes censés être traités par cette technique. Aucun effet indésirable ne semble avoir été rapporté.

Il est à noter que l’utilisation du plasma de Quinton, souvent prônée dans l’hydrotomie percutanée, ne bénéficie pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour injection depuis le début des années 1980.


1 -  "Historique et concepts actuels en hydrotomie percutanée", consulté sur www.hydrotomiepercutanee.com le 24/04/2019
2 -  "Les techniques", consulté sur www.hydrotomiepercutanee.com le 24/04/2019.
3 - Quinton R. "L’eau de mer en milieu organique", Editions Masson, Paris 1904 : 466 pages.
4 - Pistor M. "Les micro-injections de la mésothérapie", Editions Maloine, Paris 1970 : 256 pages.
5 -  Interview de Bernard Guez (inventeur de l’hydrotomie percutanée), consultée sur www.prevention-sante.eu le 29/04/2019.
 6 - "Références bibliographiques", consulté sur www.hydrotomiepercutanee.com le 29/04/2019.
7 -  Rochon PA et coll. "A systematic review of the evidence for hypodermoclysis to treat dehydration in older people”, J Gerontol A Biol Sci Med Sci 1997 ; 42 (3) : 169-176.
8 -  Ferry M et coll. "Comparison of subcutaneous and intravenous administration of a solution of amino acids in older patients”, J Am Geriatr Soc 1997 ; 45 (7) : 857-860.
9 -  Lipschitz S et coll. "Subcutaneous fluid administration in elderly subjects : validation of an under-used technique”, J Am Geriatr Soc 1991 ; 39 (1) : 6-9.
 10 -  McAlindon TE et coll. "Effects of intra-articular Triamcinolone vs saline of knee cartilage volume and pain in patients with knee osteoarthritis : a randomized clinical trial”, JAMA 2017 ; 317 (19) : 1967-1975.